“Il faut capter le spirit” dixit Laurent Bourrelly

Laurent Bourrelly m’a/nous a bien eu lors de sa dernière opération sur la fameuse “Balise title”. Pour ceux qui n’auraient pas suivis, il a prétexté vouloir contredire et donner des arguments à John Muller en ce qui concerne l’importance de la balise title pour le positionnement des pages en faisant une série de trois billets dont une mise en jambe, une vidéo et un soi disant tutoriel.

Que nenni ! Monsieur est allé jusqu’au deuxième article de blog avant de nous révéler que nous étions tous tombé dans le panneau ! J’avais même accepté de l’aider à ranker avec son nouveau tutoriel : il me faisait trois liens et je lui en faisait un de ma page “balise title” pour qu’on passe devant tout le monde. J’ai pas réfléchi, en plus elle sert à rien cette requête si ce n’est qu’à amener du trafic généraliste sur mon blog.

Bref, au début, j’ai joué le jeu…

Bon en fait… pas qu’au début puisque je rédige ce billet et que je ne connaissais pas le vrai fond de son opération. Avec la vidéo, je voyais bien qu’il y avait un truc, c’était trop gros. Entre le billet de base pour prouver que la balise title est importante, son emailling, la vidéo où finalement il ne se justifie pas trop vis à vis des propos de John Mueller, puis cet ensemble de billets orchestrés… Fallait s’en douter. Laurent est un maître pour ça dans notre sphère, il est presque le seul à faire ça.

Cela dit, je ne pensais pas qu’il allait aller jusque là, je le connaissais trolleur, mais à ce point il a fait fort ! Je crois même être devenu parano, car j’ai l’impression qu’il mijote un truc derrière tout ça.

Le Troll SEO

Là pour avoir joué un petit tour, tu en as joué un bon, mais on te pardonne, on apprend beaucoup de toute cette opération. Tu as même pris la peine de faire le troisième BL, merci d’avoir tenu parole, je tiens parole avec cet article et trois backlinks ;)

En ce qui concerne le fait de ne croire personne, je suis 100% d’accord. Que ce soit des tests SEO, des études grandeur nature, des tips, des “j’ai entendu dire que..”, il faut toujours se méfier. La personne sait elle faire des tests ? Ce qu’elle dit va t’il se reproduire sur notre propre environnement ? Est ce que cette personne ne mentirait pas ?

Il faut se méfier. A la rigueur, avoir plusieurs confirmations des uns et des autres peut être une bonne solution pour trier et se faire un avis, mais Laurent a tout dit : il faut savoir changer d’avis parfois.

Je dérive juste un peu, mais un truc qui m’inquiète par exemple sur les recherches des uns et des autres, je trouve que beaucoup de gens restent sur leur acquis. Au début, je suis d’accord qu’on apprend énormément de choses, on a différentes casquettes à assumer et c’est pas facile, mais au bout d’un moment, il faut savoir aller plus loin et faire ses propres recherches au lieu d’attendre celles des autres. Quand est ce que vous aurez une longueur d’avance et des connaissances approfondies ? C’est pas avec des fragments de réponses que vous y arriverez ou plus difficilement.

On nous dit qu’il faut commencer à bien penser au contenu, à la manière de faire les liens, de retourner sur les basiques. C’est ni plus ni moins que d’avoir un vrai projet, se sortir les doigts pour créer quelque chose d’au moins correct et avoir un travail commun et réfléchi. Si on fait du sérieux, on ne crée pas des petits blogs ou des boutiques en deux minutes car “il faut le faire”. Si vous aviez à créer une boutique dans la vie réelle, ça serait vraiment aussi abouti que celles qu’on m’indique 1 fois sur 2 via la page contact en tant que site ?

On parle de sémantique en SEO, allez pas taper “sémantique seo”. Allez taper “sémantique”, “nltk”, “apprendre R”, “topic modeling”, “topicrank”, “distance de khi2”. Il faut sortir de tout ce qui est déjà montré et fait par quelques uns de notre communauté si vous voulez transmettre et avoir une longueur d’avance. Les frères Peyronnet en Masterclass vous le dirons assez que ce qu’ils font, c’est simplement pour nous faciliter la tâche d’apprentissage et montrer un ensemble cohérent. En 2 jours, ils vous expliquent ce qu’ils ont appris en plusieurs années. Bref, je commence à m’écarter, mais quand est-ce que c’est à nous d’apprendre des domaines inconnus en SEO et de les transmettre aux autres ? C’est toujours les même j’ai l’impression. Le passage du flambeau main à main, c’est pour quand ? Arrêter de lire ce qui est recyclé sur les blogs, c’est répétitif et stérile. Ne voyez vous pas les nouveautés chez les frères, chez Christian, chez Jérôme, chez Laurent… ?

Ensuite, tisser des liens, des vrais, c’est vraiment super pour vos stratégies de link building. Allez sur backlinko deux minutes et vous verrez que les stratégies pour le moyen et long terme, c’est du link attraction, du link baiting, du content marketing, du vrai lien tissé et plus encore.

Aller à la facilité fonctionne, mais les liens humains, des vrais liens, ne vous ferons pas faux bond la plupart du temps et c’est légitime donc peu pénalisable. Ce n’est que mon avis, mais je préfère ne plus me préoccuper de savoir si je suis clean ou pas, je fais du boulot proprement et j’avance. Je ne vous montre pas les présentations en live de Kevin Richard, aussi bien chez SEMrush que chez moi, c’est limite si c’est pas cheaté comme résultats en aussi peu de temps et avec aussi peu de liens.

Pour le sapin de Noel sur les balises title, évitez, pas sûr que ça dure longtemps en plus. Ca attire, mais ça peut être nocif. Il peut y avoir méfiance de la part de l’utilisateur, j’ai déjà vu ça dans une ou deux thématiques sur la santé et la puériculture. Ca pu trop le SEO :D

Pour finir, je souhaitais remercier Laurent pour cet opération relativement bien orchestré, chapeau le SEO ! Et je voulais aussi finir sur une phrase particulière pour moi qui s’adapte je pense à la situation : Ce n’est pas des machines qu’il faut avoir peur, mais de l’être humain.

A méditer.

Commentaires

      Antoine

      says:

      Salut Thomas,

      je confirme qu’avec le niveau mis par les Christian, Laurent, Sylvain and co, il est de plus en plus difficile de faire des articles intéréssants et surtout innovants. Tu fais partie de ceux qui y arrivent encore. Effectivement, il faut faire sa propre R&D, je m’en rends de plus en plus compte…

        Thomas Cubel

        says:

        Salut Antoine,

        C’est pas tellement le niveau qui m’importe pour ma part, mais l’unicité, l’approfondissement, la recherche… On peut tout à fait faire de l’intéressant et de l’innovant à un niveau débutant/avancé. Prends l’outil KeywordTool.io par exemple, QUI aujourd’hui a déjà essayé d’utiliser leur API pour récolter les résultats en jouant sur les syllabes de la langue française, les racines des termes, les mots courants (1500 premiers mots de la langue française par exemple) ? Pas grand monde… On va rester sur le bon vieux “je rajoute un A, un B, un C”. Démultiplier les possibilités, ça en fait de la data. Pareil, la recherche de mots clés, je l’a trouve toujours autant naze et pas pratique. Je bosse dessus d’ailleurs…

        Je te donne un autre exemple plus sérieux, simple et récent. J’ai vu une émission sur France 2 récemment sur l’étude sémantique d’une personnalité politique. Il n’y avait rien d’autre qui m’intéressait ce soir là et j’ai retrouvé des visualisations Gephi, des mots que j’ai déjà entendu. Je suis directement allé contacter la personne qui a fait cette étude et je me suis rendu compte qu’elle était Professeur de linguistique à Stanford, comme par hasard. On a discuté ensemble et cela m’a directement emmené vers des nouveaux documents, des nouveaux outils. Ça m’a pris 5 min de l’a contacter.

        Aujourd’hui, j’essaye d’adapter ce que j’ai trouvé au SEO. C’est loin d’être facile, mais qu’est ce que je m’amuse ! Quand ça sera davantage défini dans ma tête, je vous présenterai tout cela, si ça en vaut le coup bien sûr. Ce sont ces deux aspects que j’ai du mal à retrouver depuis un certain temps… depuis que je m’ennuis de quasiment tous les billets que je lis (mais il en reste des bons ;)).

        On a, comme dit Laurent d’ailleurs, un “mastodonte” en face de nous. Je pense que le meilleur moyen pour y arriver et de mettre nos compétences, nos recherches sur la table pour s’unir et ne pas se faire écraser. Le cocon sémantique, les métas mots, le pagerank sculpting nouvelle génération, les outils modernes sont là pour ça, et ce n’est pas le prix qui doit importer, le SEO monte en gamme et coûte plus cher. Il ne faut pas jalouser les gens qui font ce genre de choses, ils ont travaillé pour trouver cela.

        Je me suis encore écarté, c’est ma marque de fabrique, à trop me prendre la tête et à trop réfléchir. Merci pour ton commentaire en tout cas, il est très pertinent et ce point sur la R&D est une très bonne réflexion à avoir.

        A bientôt !

          S.deCampou

          says:

          Chouette article.
          Pareil via la radio pour la découverte de cette chercheuse (française au passage) ; son approche est très intéressante.

        Commentaires fermés.