On ne se remet pas d’une pénalité de liens comme cela !

Lorsque l’on parle de pénalité Google, on entend souvent que la perte de position sera inévitable… que l’on ne retrouvera pas les positions que l’on avait avant la pénalité. C’est souvent vrai, mais il y a cependant quelque chose que j’aimerai mettre en avant aujourd’hui dans le cas d’une pénalité pour liens factices : la perte de backlinks après nettoyage, et le positionnement d’un site.

Je commencerai donc avec le moment précédant la pénalité en présentant un cas fictif de site ayant des liens dans tous les sens, puis je continuerai sur le pendant et l’après-pénalité, c’est à dire lorsque nous sommes victime d’une sanction et que nous sommes obligés de mettre en place une stratégie de nettoyage (je ne mettrai pas en avant la création d’un nouveau site ou autre dans cet article).

Avant la pénalité

Pour ce premier point, je vais tout d’abord vous présenter le cas fictif.

Nous sommes en compagnie d’un site avec une thématique quelconque, qui est relativement bien optimisé afin d’être en accord avec les standards du web et bonnes pratiques énoncées par les moteurs de recherche (ce n’est pas pour autant un site parfait, soyons d’accord). La technique est donc plutôt bonne, le contenu relativement bon, mais ce qui fait le positionnement du site est surtout son nombre de liens. Pour celui-ci, on parlera de 400 000 backlinks.

Ces liens sont à la fois naturels comme artificiels. En effet, il y a bien un paquet de liens dit nocifs, dangereux… C’est un profil de lien comme on s’attend à voir juste avant de se prendre une pénalité pour liens de mauvaise qualité (Google Penguin, actions manuelles…).

Ensuite, il faut savoir que ce site fictif se positionne généralement dans le top 3 sur la plupart de ses mots et expressions clés ciblés. Bref, il n’y a rien de bien compliqué dans cette première partie, c’est surtout la suite qui va être intéressante. Retenez simplement : bonnes pratiques + 400 000 backlinks = top 3 en moyenne pour le site.

Pendant la pénalité

Par la suite, le propriétaire du site fictif s’aperçoit qu’il perd en visibilité, qu’il draine moins de trafic qu’auparavant. Il appelle donc un consultant SEO en urgence pour faire une analyse de la situation. Celui-ci constate une pénalité Google. Comme a son habitude, la firme de Mountain View a infligé une sanction qui fait perdre un nombre non négligeable de positions au site. Bref, je vous épargne le tableau, le propriétaire est désemparé, sous le choc, voyant son entreprise s’écrouler et écoutant la moindre syllabe de son consultant SEO tout en lui demandant : “Que faut-il faire pour remonter ?”.

Et là, c’est à chaque consultant SEO de mettre en place sa propre méthode. Pour ce cas fictif, je vais prendre la méthode qui revient le plus souvent et que la plupart d’entre vous connaissent à priori : le nettoyage du profil de liens.

Rappelez vous, cela consiste à effectuer les étapes suivantes : on analyse les backlinks, on extrait ceux qui sont nocifs et dangereux, on demande la suppression de ces liens de mauvaise qualité aux webmasters de chaque site référent puis, dans le pire des cas, on désavoue. Bref, on nettoie le profil de lien pour mieux se faire voir (les détails importent peu ici, pardonnez-moi pour cette simplicité).

Résultats des courses, après nettoyage, une perte d’environ 50 000 backlinks en tout genre et une pénalité soi disant écartée. On commence effectivement à retrouver des positions honorables en étant en seconde page. Voyons la suite.

Après la pénalité

Récapitulons rapidement en une phrase. On avait un site classique avec 400 000 backlinks qui se positionnait dans le top 3, on se fait pénaliser pour liens de mauvaises qualités et nous perdons 50 000 backlinks après à un nettoyage du profil de liens, ce qui nous descend à 350 000 backlinks. Nous sommes maintenant au début de la seconde page niveau positionnement et le site se stabilise.

Et c’est ici que cet article prend tout son sens. Vous avez un certain nombre de personnes qui vont penser qu’on ne se remet pas de la pénalité complètement (nous sommes en seconde page), car c’est tout simplement et exclusivement une pénalité, parce que c’est une sanction, que c’est difficile à effacer, et qu’elle s’est présentée à nous comme un avertissement avant de nous infliger un blacklistage (j’exagère bien entendu, il faut y aller pour se faire blacklister !). Bref, vous avez des gens qui pensent exclusivement que Google en veux au site pour avoir fait des backlinks artificiels.

Cependant, il n’y a pas que cela (j’y reviendrai après). Nous avons, dans ce cas fictif, perdu une quantité non négligeable de backlinks : 50 000. Cette perte est probablement l’un des facteurs les plus ralentissant après cette sortie de pénalité : la perte de backlinks engendre une perte de positionnement qui place le site en seconde page.

Cela me permet de revenir sur une chose : on ne sait pas quels liens sont nocifs aux yeux de Google, nous ne connaissons pas la liste des liens qu’il faudrait/fallait supprimer, on a des doutes, et on supprime surement des backlinks qui servait et qui aurait pu encore servir à notre visibilité. En d’autres termes, nous n’avons pas la certitude que ces 50 000 backlinks étaient à supprimer, malgré que nos outils SEO, nos connaissances, nous aient dit d’effectuer cette suppression.

Alors oui, je sais que ça peut paraître nul de dire cela : “Avant on avait 400 000 backlinks, maintenant 350 000, c’est normal qu’on descende”, mais je trouve cela important et c’est souvent négligé dans les explications, et c’est en partie pour cela que je fais ce billet.

Bon, maintenant, il faut tout de même noter que Google infligera surement au site un petit malus du style “environnement à surveiller” ou “site précédemment pénalisé”. On aura clairement une étiquette sur le front et un historique pas vraiment super, mais n’oublions pas l’essentiel, nettoyer du backlink, c’est aussi perdre du backlink. Même si aujourd’hui on parle de linking thématique, de la qualité des ancres, le lot de 50 000 backlinks n’est pas négligeable.

Et que fais-tu du site qui ranke après une pénalité ?

Oui bon ça, c’est particulier. Parfois, lorsqu’on effectue un nettoyage, on peut se positionner en bonne position (ou couler par la même occasion… cela est plus fréquent d’ailleurs) et on ne peut pas raisonner comme au-dessus. Bien entendu, nettoyer un profil de lien comportant des backlink de mauvaises qualités pourra très bien vous emmener en haut des SERP pour avoir effectué une “purification” de votre environnement de lien, mais cela reste rare et c’est pour moi une histoire de chance, on ne peut pas vraiment le prévoir.

Je pense que le meilleur moyen pour retrouver le maximum de ses positions est d’effectuer une espèce de contre-offensive avec des optimisations plus classique. Vous perdez du jus de lien, vous devez monter en qualité de site. En clair, je préconise de faire une stratégie SEO on-page qui sera moins risquée qu’une campagne de link building pour pouvoir équilibrer la perte de positionnement avec un moindre coût.

Conclusion

Aujourd’hui, j’ai écrit un article qui pourrait faire réagir beaucoup d’entre vous. En effet, il y a des tas de méthodes pour supprimer une pénalité, les sites internet de manière générale sont tous différents, et Google est très aléatoire dans ses actions et réactions. Cet article ne dit pas tout (encore heureux).

On dira juste que je souhaitais mettre en avant qu’à un instant T avant une pénalité, et à un instant T2 après une pénalité, le nombre de backlink peut très bien nous faire perdre des places et nous empêcher de retrouver nos positions initiales.

De plus, il ne faut pas oublier que le SEO est une science assez floue, inexacte… Et que toutes ces histoires de pénalités, positionnement, etc… restent et resteront simplement des pures suppositions, nous ne sommes pas prêt de connaître la vérité sur Google.

Enfin voilà, cet article est terminé, j’aimerai vraiment avoir votre avis là dessus. J’attends vos commentaires juste en dessous pour ceux qui le souhaitent, c’est un débat qui peut être intéressant même si je suis sur que beaucoup d’entre vous sont déjà en vacance.

D’ailleurs, au passage, je pars du jeudi 17 au 24 juillet à Annecy et du 2 au 7 aout en Bretagne, je ne sais pas encore si je posterai un article quand je serai là bas. Dans tous les cas, je serais sur Twitter ! À très bientôt ;)

Commentaires (4)

  • seo site web

    Un peu de culture ne fait pas de mal !

    17 juillet 2014 at 15 h 19 min
  • Nickargall

    Ca semble évident; un petit parallèle avec le cyclisme (c’est de saison) …

    Le cycliste pris en flagrant délit de dopage se voit exclu de toute compétition majeure pendant une période.
    Une fois la sanction passée et son taux d’EPO revenu à la normale, il reprend la course, dorénavant sans se doper, mais sera forcément moins véloce qu’à l’époque ou il se chargeait.

    21 juillet 2014 at 14 h 16 min
  • Thomas Cubel

    @Nickargall : Pas mal l’analogie ;)
    C’est un peu ça, il y a encore d’autres trucs que je n’ai pas dit, mais c’est ça.
    Merci pour le commentaire !

    21 juillet 2014 at 15 h 08 min
  • Nickargall

    De rien; un mec qui vient passer une partie de ses vacances en Bretagne mérite bien qu’on lui laisse un petit commentaire de temps en temps ^^

    21 juillet 2014 at 15 h 22 min

Commentaires fermés.